Le prologue vu d’en haut